Le MORVAN, bois, rivières et montagnes

Le Morvan (anciennement Morvand) est un massif montagneux français situé en Bourgogne. Il s'étale sur quatre départements : la Côte-d'Or, la Nièvre, la Saône-et-Loire et l'Yonne. Il domine à l'ouest la dépression du Bazois et le Nivernais, au nord la Terre-Plaine et la dépression de l'Auxois, au sud et au sud-est les plaines du Charolais et de l'Autunois.
Le point culminant du massif est le Haut Folin (901 mètres). La région est marquée par un réseau hydrographique dense, avec notamment de nombreux lacs artificiels, et par un fort boisement. Le Morvan est protégé par un parc naturel régional depuis 1970.
Massif montagneux le plus proche de l'agglomération parisienne, il peut être considéré comme une avant-garde granitique du Massif central.
Les habitants du Morvan sont les Morvandiaux (ou plus rarement Morvandaux) et les Morvandelles.
Le massif était autrefois orthographié Morvand, qui signifie « Noires-Montagnes » formé de deux mots celtiques Mor et Vand1, d'où l'abréviation « Md » sur certains panneaux routiers.

Source Wikipédia

La carte

Les étapes

Itinéraire dans le Morvan

Les visites

Le site du tourisme en Morvan

Notre voyage

Basilique Ste Madelaine à Vézelay

Nous n'avons pas suivi l'itinéraire préparé ci-dessus car nous avons brodé autour et l'avons exploré au hasard.
Celui du tableau est optimisé pour réduire le kilométrage parcouru.

Vendredi 21 septembre : avec seulement six jours de vacances et une météo très pessimiste, nous décidons de visiter le Morvan à quelques encablures de chez nous, d'autant que nous souhaitons retrouver nos amis Anna et Jean pour passer une soirée avec eux.
Le voyage d'approche nous conduit près d'Avallon d'où part notre itinéraire.

Samedi 22 nous commençons notre visite par Vézelay, grandiose cité de pèlerinage. Le stationnement est assez aisé en cette saison mais payant sur toute la cité. Promenade dans les rues montant à la basilique Ste Madeleine. Nous poursuivons avec l'esplanade et la terrasse du château (aujourd'hui disparu) puis flânons en admirant les maisons médiévales et les petites boutiques, calmes en cette saison.

Vézelay
Vézelay
Vézelay
Saint-Père

Repas sur place avant de nous diriger vers St Père à quelques kilomètres de Vézelay.
L'église mérite le détour avec une multitude de chapiteaux plein de charme et son original clocher orné de colonnettes surmontant le proche d'entrée.

Pierre-Perthuis : La Cure

Le site des Fontaines salées, puis Pierre-Perthuis avec ses trois ponts au dessus de la Cure et sa Pierre-Percée se visiteront ensuite avant d'arriver au Château de Bazoches, demeure du Maréchal de Vauban. Ce site très vivant car habité par les descendants du Maréchal est un lieu passionnant, riche d'enseignement sur cet homme dont l'oeuvre géniale est ici bien mise en valeur.

Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban (entre le 1er et le 5 mai 1633 - 30 mars 1707) est un homme à multiples visages : ingénieur, architecte militaire, urbaniste, ingénieur hydraulicien et essayiste français. Il est nommé maréchal de France par Louis XIV à la fin d'une carrière hyper-active.
Vauban préfigure, par nombre de ses écrits, les philosophes du siècle des Lumières. Comme le souligne Fontenelle dans l'éloge funèbre prononcé devant l'Académie, Vauban a une vision scientifique, sinon mathématique de la réalité et en fait un large usage dans ses activités.

Château de Bazoches
Château de Bazoches
Château de Bazoches
LA Rigole de l'Yonne

Après cette visite la journée tire à sa fin et nous partons en direction du barrage de Pannecière-Chaumard, en passant par Corbigny.
Nous trouvons un gîte pour la nuit près de Mehre, au bord de la "Rigole de l'Yonne", provenant du barrage.

Barrages de Pannecière-Chaumard

Dimanche 23

Après une nuit tranquille, nous atteignons le barrage. Celui-ci est en travaux si bien que le lac est pratiquement vide derrière une digue provisoire !
En revanche le chantier de rénovation est à la fois colossal et passionnant. Ce dimanche matin nous sommes presque seuls sur le site et nous bénéficions des explications du gardien qui nous montre les travaux en cours, tout en nous expliquant le rôle de régulateur des retenues sur le bassin de l'Yonne et le fonctionnement du barrage.

Paris : ville inondable

Paris ville inondable

En raison de la nature imperméable du sol, et des pluies abondantes dans le Morvan, L'Yonne affluent de la Seine est susceptible de monter rapidement. Ses crues, ajoutées à celles éventuelles de la Marne et de l'Aube ont été à l'origine d'inondations de Paris catastrophiques, comme en 1910.
C'est à la suite des ces crues qu'il fût décidé d'aménager de vastes réservoirs comme les lacs de Der-Chantecoq sur la Marne ou du Lac d'Orient sur l'Aube, ainsi qu'une série de lacs sur le bassin de l'Yonne et de ses affluents.
Ainsi les apports massifs d'eau sont retenus avant d'être progressivement restitués en période sèche; ils alimentent aussi des usines hydroélectriques.

Après cette visite nous repartons vers le nord pour le lac de Chaumençon via Lormes et Brassy. Nous faisons une halte repas près du lac dont le niveau est assez bas en cette fin d'été.
Puis exploration de Dun-les-Places, avant de gagner Quarré-les-Tombes, où nous arrivons en milieu d'après-midi. Nous apprécions l'aire de service assez pratique, faisons une rapide exploration du village et décidons de revenir le soir après avoir fait un tour à St Léger-Vauban et à l'Abbaye de la Pierre-qui-Vire.

Abbaye de La Pierre-qui-Vire
Abbaye de La Pierre-qui-Vire
Quarré-les-Tombes

Après avoir cherché un endroit près du Lac de Crescent, peu accessible, nous revenons pour la nuit à Quarré-les-Tombes.

Un vent de tempête amène la pluie qui va dès lors nous accompagner pour le reste de notre périple.

La légende de Quarré-les-Tombes

Ce village, objet de curiosité, est à l'origine de nombreuses recherches car il présente la particularité de montrer, rassemblés autour de l'église, une bonne centaine de sarcophages de pierre.

Bon nombre d'hypothèses sont nées autour de ces tombes, mais toutes nous ramènent aux environs du 9ème siècle lorsque les Vikings envahirent la France à bord de leurs drakkars, pillant, tuant et dévastant tout sur leur passage.

La légende veut que ces tombes aient été disposées là pour accueillir les dépouilles des soldats tombés au cours de la bataille de Champ-Culan. Cette bataille, âprement disputée se serait soldée par la déroute de l'envahisseur.

Saint Georges, patron des chevaliers, désireux de récompenser tant de bravoure aurait envoyé une multitude de sarcophages, afin que les soldats puissent avoir une sépulture chrétienne, et ainsi gagner le paradis.

Deux hypothèses émergent, concernant l'existence des tombes de Quarré:

  • elles seraient le résultat d'une industrie florissante dans cette région depuis les mérovingiens : celle des tombes en pierre. En effet la plus part des sarcophages de Quarré-les-Tombes se seraient révélées vides.
  • une autre hypothèse est que Quarré-les-tombes ait été un lieu d'inhumation dans un endroit considéré comme sacré.

L'acidité naturelle du sol du Morvan pourrait expliquer le fait que les tombes soient vides, les ossements ayant été rapidement détruits par les acides organiques. D'autre part des pillages successifs pourraient expliquer l'absence d'armes ou d'objets dans les sarcophages de Quarré.
(Source : Légendes de l'Yonne)

Lundi 24

Avant de partir, passage obligé au "Quarré de Chocolat" la boulangerie-pâtisserie.
Le pâtissier-chocolatier mérite une visite tant ses produits faits maison sont tentants et délicieux.

Vous pouvez aussi profiter de l'occasion pour rendre visite au coiffeur (Coupe au Quarré) ou prendre un Quarré-Crème au bar sur la place de l'église, à deux pas de l'aire de service.

Bref, Quarrément bien !

Le site pour les gourmets et les gourmands

Montréal

La journée continuera par la visite de Montréal que nous n'avions pas prévue au départ mais que nous ne regrettons pas d'avoir inscrit à notre programme au prix d'un détour.
Sous la pluie nous restons admiratifs devant ce très beau village médiéval.

Montréal
Montréal
Montréal
Avallon

Nous gagnons ensuite Avallon où nous prenons notre repas avant de nous promener dans la vieille ville très agréable.

La fin de l'après-midi se passe au Saut de Gouloux avec une petite randonnée bucolique.
Le Caillot, petite rivière à truites fario, présente une jolie cascade avant de se jeter dans la Cure.
Un pont de pierre enjambe ce confluent.

Lac des Settons

Nous parvenons ensuite au lac des Settons où nous avons prévu de rester la nuit.
Le barrage est entièrement construit en blocs de granit, c'est un édifice imposant qui mesure 267 m de long, 20 m de hauteur et 20 m à sa base, construit sur le principe des « barrages de force », comme une pyramide, il ne tient debout que par le poids qu'il exerce sur lui-même. Le barrage des Settons est le plus imposant construit à cette époque en Europe occidentale. La maison du garde a été construite en même temps que le barrage, elle servait à loger les ingénieurs : classée monument historique en 1944. Au centre du barrage trône la salle des machines elle sert à manœuvrer les vannes de fond qui permettent l'écoulement de l'eau dans la Cure. La croix de granit, apposée lors de son baptême en 1858, désigne le centre exact de l'édifice.
Ce lac magnifique repose dans un écrin de verdure, au milieu des bois de sapin à 573 m d'altitude.
Nous nous installons sur l'aire de service face au lac pour une nuit qui s'annonce encore bien pluvieuse.

Lac des Settons

Mardi 25

Toujours sous la pluie de plus en plus intense.
Nous maintenons notre programme avec une ballade autour du lac puis la visite de la digue de pierre construite en 1860.
Cet ouvrage a été réalisé au départ pour régulariser le cours de l'Yonne en vue de faciliter le flottage des bois du Morvan vers Paris. Il participe aujourd'hui à la régulation des crues et constitue un lieu de séjour plaisant. (Surtout par beau temps !)

Nous atteignons en fin de matinée Château-Chinon qui nous laisse un souvenir assez décevant. Seule la porte de la ville ancienne et le point de vue du Calvaire ont retenu notre attention.
Nous prenons le repas dans le camping-car avant de repartir pour le Mont-Beuvray et la visite du musée, toute indiquée en ce jour de déluge.

Le musée du mont Beuvray

Bibracte était la capitale du peuple celte des Éduens, développé surtout au premier siècle av. J.-C.. Centre névralgique du pouvoir de l'aristocratie éduenne, c'était aussi un important lieu d'artisanat et de commerce, où se côtoyaient mineurs, forgerons et frappeurs de monnaies sur une superficie de près de 135 hectares1.
Ce site remarquable, situé sur les communes de Saint-Léger-sous-Beuvray (Saône-et-Loire), de Glux-en-Glenne et de Larochemillay dans la Nièvre et dans le Morvan au sommet du mont Beuvray (communément appelé le Beuvray dans la région), est au confluent des bassins de l'Yonne, de la Seine et de la Loire. Le Beuvray est constitué de trois sommets : le Theurot de la Wivre avec sa pierre, le Theurot de la Roche et le Porrey qui est le point culminant.

Le site héberge le musée de la civilisation celtique qui retrace la vie de cette cité de quelque 5 à 10 milliers d'âmes au sein d'un oppidum fortifié que les fouilles archéologiques du mont Beuvray révèlent peu à peu. Sa visite nour semble très recommandable.

Nous restons dans le musée une grande partie de l'après-midi.
L'exploration du site lui-même est possible en suivant la D 274 dont le départ se situe près de l'entrée des parkings du musée.
Cette route pentue (20%) :-( et étroite est en sens unique ;-) et jalonnée de plusieurs sites de fouilles à voir. Son parcours est vivement recommandé car sans difficulté majeure, même si la descente doit se faire au pas et en première sur une grande partie.
Les éclaircies de la fin de journée nous permettent une visite rapide.

Bibracte
Bibracte
St-Léger-sous-Beuvray

Ces pentes nous conduisent à St-Léger-sous-Beuvray, sympathique village où nous passons la nuit. (Il existe une aire de service que nous n'avons pas testée, devant la caserne des pompiers; stationnement interdit sur l'aire elle-même, mais possible dans le village.)

Mercredi 26

Au matin Marie rend visite à la boulangerie et petit déjeuner au pain frais et croissants précèdent le retour sur nos terres, toujours sous une pluie battante. (Cela évitera les moustiques écrasés sur le CC et facilitera le nettoyage).

Au moment de partir le combiné Truma se met en sécurité : problème de charge de la batterie cellule qui ne se fait plus. La tension trop basse ne permet plus le chauffage ni la production d'eau chaude. Comme nous passons devant notre concessionnaire (NOTIN à Feurs) en fin de parcours, nous nous y arrêtons à l'heure de la fermeture vers midi. Il nous donne RV à 13h15 pour voir ce qui se passe.
Repas sur leur parking et à l'heure dîte le CC est pris en charge alors que le personnel est réduit au strict minimum : tout le monde est mobilisé pour le salon du Bourget.

Un relais grillé qui va demander le remplacement de toute un faisceau électrique, ce qui sera fait en deux heures. Merci Notin nous savions pouvoir compter sur vous. Et en plus la réparation est prise en charge par la garantie du crédit CGI. (Garantie étendue à la durée du crédit sur le CC).